36 vues de la tour Eiffel (9/36)

L’art de ne pas montrer la tour Eiffel : avant de dépeindre la Côte d’Azur dans un flamboyant Technicolor (cadré par le français Georges Périnal), le début de « Bonjour Tristesse » commence avec un impressionnant panoramique sur Paris, chargé de nuages lourds et menaçants, tourné en noir et blanc.

La tour Eiffel est à peine perceptible…

BONJOUR TRISTESSE (1958) Otto Preminger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s