Habiter comme Batman (1943-1966)

Le justicier masqué Batman a été créé en 1939, sous forme de comic strip, par Bob Kane (et le longtemps ignoré Bill Finger). Il est le double du millionnaire Bruce Wayne, qui habite dans un somptueux manoir, sur les hauteurs de Gotham City. Batman, l’homme chauve-souris qui combat le crime, recèle son repère secret dans une immense cave, au-dessous du manoir.

Suite au succès fulgurant des bandes dessinées, Batman fait sa première apparition au cinéma quatre ans après, dans le serial « The Batman » de 1943.

Tout au long des quinze épisodes, Batman et Robin combattent des espions japonais (Seconde Guerre mondiale oblige) dans des costumes ridicules, des décors pauvres et des intrigues insipides, tournées à la va-vite avec un budget dérisoire (même pour les serials de l’époque).

Cette première version cinématographique est plus importante qu’il n’y paraît, car elle introduit la fameuse batcave (grotte de chauve-souris) du chevalier noir ! Malgré l’extrême modestie du décor constitué d’un fond de caverne en carton-pâte, d’un grand bureau classique bien lourd, avec des chauve-souris qui s’agitent au bout de ficelles bien visibles, nous assistons à la naissance et à la toute première apparition de la mythique batcave !

Bob Kane, présent sur le tournage, reprend ensuite cette idée avec l’aide de Bill Finger (qui suggère un dessin évoquant une coupe technique) : la batcave fait son entrée dans l’univers dessiné du super-héros, en octobre 1943.

Au fil des années, les coupes techniques de la batcave se multiplient et deviennent de plus en plus détaillées. On y trouve un grand atelier-garage pour les voitures, motos, bateaux et hélicoptères de Batman, un imposant laboratoire, une immense base de données informatisées criminalistiques et la « salle des trophées » où sont exposés les costumes et les armes des adversaires capturés.


Dans les années 60, Batman refait surface à la télé et au cinéma sous forme d’une série pop, colorée et déjantée qui rend le justicier masqué volontairement risible. Le sérieux de la bande dessinée est évacué par des méchants plus ridicules que menaçants, face au couple Batman (Adam West) et Robin (Burt Ward), dont le sérieux exagéré prête à sourire.

Le point d’orgue est l’incrustation d’onomatopées voyantes lors des scènes de combat !

Ainsi, la batcave est devenue un décor très impressionnant, à la hauteur de ce que Bob Kane a imaginé pour les bandes dessinées.

Rien ne manque dans ce festival de couleurs et de lumières : les ordinateurs surpuissants, le laboratoire sophistiqué, l’atelier-garage avec plateforme rotative qui permet de retourner en un clin d’œil la batmobile dans sa position de départ ! Rien, sauf « la salle des trophées » qui, par ailleurs est absente dans l’ensemble des films de Batman.

Le tout dans des teintes éclatantes et bien illuminées. Plus jamais la batcave ne sera aussi rayonnante et colorée !

(à suivre)

THE BATMAN (serial en 15 épisodes) 1943 Lambert Hillyer

BATMAN (série de 120 épisodes télé et 1 film cinéma) 1966 Leslie H. Martinson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s