36 vues de la tour Eiffel (13/36)

Un des attraits principaux de la série des James Bond est de faire voyager le spectateur.

Dès sa première aventure en 1962 et malgré son budget (encore) assez modeste, notre agent secret préféré va de Londres à la Jamaïque et visite une île paradisiaque pour combattre le mal.

Suivront au fil des années, des visites de toutes les grandes villes mythiques du monde : de New York (« Vivre et laisser mourir »), à Hong Kong (« L’Homme au pistolet d’Or »), en passant par Monte-Carlo (« Goldeneye ») et Istanbul (« Bon Baisers de Russie »). Egalement une exploration de nombreux monuments historiques : du château d’Anet en France (« Thunderball »), aux pyramides de Gizeh en Egypte (« L’Espion qui m’aimait »), et celles de Tikal au Guatemala (« Moonraker »), en passant par le pont du Golden Gate (« Dangereusement votre ») et le Taj Mahal (« Octopussy »).

Alors pourquoi avoir attendu 23 ans (et un certain déclin de la série) pour enfin rendre visite à la tour Eiffel ?

Quand l’équipe s’installe au pied de la tour en 1985, la série est au plus bas, car les cinq films tournés par John Glen entre 1981 et 1989 comptent parmi les plus mauvais. Pourtant, « Dangereusement votre » réunit un casting impressionnant : Christopher Walken, Grace Jones, Patrick MacNee et Patrick Bauchau…

… face à un Roger Moore, âgé de 58 ans, qui a beaucoup plus de mal qu’un Belmondo où qu’un Tom Cruise vieillissant à accomplir les indispensables pirouettes et cascades.

Peu importe, nous sommes enfin sur la tour mythique avec une course-poursuite dans les escaliers qui oppose 007 à la tueuse Mayday (la gracieuse Grace Jones), déguisée en touareg et agissant comme Irma Vep.

Y compris avec un grand saut dans le vide …


Notons toutefois que la tour Eiffel est déjà brièvement apparue dans James Bond en 1965, dans le quatrième volet d’« Opération Tonnerre ».

Après le générique de Maurice Binder, une Ford Thunderbird 1965 blanche s’avance dans l’avenue d’Eylau, avec la tour mythique en perspective.

Malgré le panneau de stationnement gênant, le séraphique Emilio Largo (Adolfo Celi), numéro 2 de l’organisation criminelle SPECTRE, se gare sans-gêne et sous les yeux d’un gendarme qui laisse faire, pour ensuite rejoindre une réunion secrète avec le redoutable numéro 1 du groupe, Ernst Stavro Blofeld.

A VIEW TO A KILL (Dangereusement votre) 1985 John Glen

THUNDERBALL (Opération Tonnerre) 1965 Terence Young

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s