« Il faut supprimer la peine de mort … »

Citations & Proverbes

« Quelqu’un a dit : Il faut supprimer la peine de mort …
… sauf pour les architectes. »

Dans Eric Rohmer’s « L’arbre, le maire et la médiathèque », l’instituteur Marc Rossignol (joué par l’inénarrable et inimitable Fabrice Luchini) est très remonté contre un projet de médiathèque dans un petit village, susceptible de dénaturer l’harmonie de sa morphologie typique et encore intacte.

Il se lance alors dans une tirade mémorable contre les architectes. Sa copine essaie de le calmer en précisant que c’est le maire, qui a initié le projet et que c’est donc lui, le fautif. Mais Rossignol n’est pas du même avis :

« Moi, ce qui me choque le plus c’est que les architectes qui ont fait les beaux arts, qui ont étudié la peinture, n’ont pas vu que c’était là un site intouchable ! »

Le point de vue de l’instituteur est délibérément excessif, voir mélodramatique. Rohmer, connaisseur et admirateur de l’architecture et de l’urbanisme, touche ici à un point essentiel : la responsabilité éthique de l’architecte vis-à-vis d’une commande qui s’avère démesurée et une menace pour l’environnement. L’architecte ne devrait-il pas prendre position, même si cela peut avoir pour conséquence la perte d’un projet ? La réponse devrait être « oui », mais la réalité est toute autre.

D’où le constat cinglant de Rohmer, exprimé par Luchini :

« Il y a des types qui flinguent des mômes parce qu’ils ont trop crié – moi, c’est les architectes ! »

L’ARBRE, LE MAIRE ET LA MEDIATHEQUE 1993 Eric Rohmer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s