36 vues de la Tour Eiffel (10/36)

Film d’anticipation, intéressant à plus d’un titre, « Paris qui dort » est aussi le premier film où la tour Eiffel apparait comme décor principal.

Elle est pour ainsi dire la star du film, qui commence avec le réveil du gardien de la tour (en quelque sorte le gardien de la ville) dans une capitale soudainement silencieuse et vide – avec l’ensemble de ses habitants immobiles et comme endormis.

La position centrale de la tour au sein de la ville est renforcée par le fait que les six personnes échappées de cet « endormissement » s’y retrouvent. La tour devient alors à la fois forteresse, refuge, phare, terrain de jeu et d’amour.

Mais aussi terrain de drames, quand les cinq hommes se disputent l’unique femme restée avec eux…

René Clair filme magnifiquement et poétiquement ce « monstre » de fer (tellement décrié par ses détracteurs lors de sa construction) et donne, déjà en 1924, un touchant hommage au bâtiment le plus emblématique de la ville de Paris.

PARIS QUI DORT 1924 René Clair

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s